Des africains de haut rang dans la ville de York du 4ème siècle

De nouvelles techniques médico-légales archéologiques révèlent l'existence d'Africains vivant, avec un statut élevé, au 4ème siècle après JC à York en Angleterre.

C'est ainsi une vision multi-culturelle de la Grande-Bretagne du 4ème siècle après JC qui se révèle. Ces nouvelles recherches démontrent que la ville de York à l'époque romaine avait des individus d'origine nord-africaine vivant dans des milieux sociaux les plus élevés.

La recherche a été menée par le Département d'Archéologie de l'Université de Reading , en collaboration avec les collections du Yorkshire Museum. 

Financé par the Arts and Humanities Research Council (AHRC), l'étude a utilisé des méthodes d'évaluation médico-légale modernes et une analyse isotopique des restes du squelette en liaison avec des informations fournis par les objets funéraires enterrés avec elle.

Le Dr Hella Eckardt, Maître de conférences à l'Université de Reading, a déclaré: "La Grande-Bretagne multi-culturelle n'est pas seulement un phénomène de temps plus modernes. L'analyse de la "Dame au bracelet d'ivoire" (Ivory Bangle Lady) ainsi que d'autres comme elle, est en contradiction avec les hypothèses courantes au sujet de la composition des populations romaines britanniques ainsi que l'idée erronée que les immigrants africains en Grande-Bretagne romaine étaient des hommes, de faible statut, et généralement des esclaves. "

"Jusqu'à ce jour, nous avions uniquement des indices fournis par des écrits sur ces étrangers en Grande-Bretagne romaine. En analysant les traits du visage de la Dame au bracelet d'Ivoire, en mesurant et comparant son crâne par rapport aux populations de référence, en analysant la signature chimique de la nourriture et des boissons qu'elle consommait, ainsi qu'une évaluation des indices fournis à partir du site d'enfouissement, tout cela nous permet d'établir un profil clair de son ascendance et son statut social."

Cette étude peint l'image d'une ville de York romaine qui était extrêmement diversifié et qui comptait dans sa population des hommes, des femmes et des enfants d'un statut élevé venant de l'Afrique du Nord romanisée et d'ailleurs en Méditerranée.

La dame au bracelet d'ivoire était une jeune femme d'un statut élevé enterré dans la ville romaine de York (Sycamore Terrace).

Daté de la seconde moitié du IVe siècle, sa tombe contient des bracelets en ivoire d'éléphant, des boucles d'oreilles, des pendentifs, des perles, un pot de verre bleu et un miroir de verre.

L'objet le plus célèbre de cette sépulture est une monture ajourée rectangulaire en os, provenant peut-être d'un coffret en bois, qui se lit "Hail, sister, may you live in God", indiquant des croyances chrétiennes.

Eboracum (York) était à la fois une forteresse légionnaire et un lieu de vie civil, pour, finalement, devenir la capitale de la Britannie inférieure.

York a aussi été visité par deux Empereurs, l'empereur Septime Sévère (Né en afrique du Nord), et plus tard Constance I (tous les deux décédés à York). Tous ces éléments constituent des facteurs potentiels de l'immigration vers York, et pour la création d'une communauté multiculturelle diversifiée. 

Source: University of Reading: "Africans in Roman York ?"