blogue

L’ancienne Cathédrale de Port-au-Prince

Dès l’établissement de la nouvelle capitale de Port-au-Prince, le curé de Trou-Bordet s’installe provisoirement dans le seul édifice de la zone capable de servir de lieu de réunion, c’est-à-dire la grande halle qui abritait l’ancienne sucrerie de l’habitation Randot, débarrassée de ses chaudières. Ce fut la première église de Port-au-Prince. Notre Dame de l’Assomption, titulaire du Trou-Bordet, devient celle de la chapelle improvisée. Dès 1750, le projet de construire une église définitive, digne de la nouvelle capitale est lancé. En raison des nombreux tremblements de terre, l’église ne fut construite qu’en 1771, respectant les normes de l’ordonnance du 8 août 1770 qui défendit de construire autrement qu’en bois ou en murs maçonnés entre poteaux.

Sommes nous racistes ?

Débat très pertinent, traitant de la question de l'augmentation du racisme présumé en France. Des moyens mis à disposition par les structures pour prévenir ce phénomène, et aussi l'étendue du racisme au-delà de la simple question de proximité.

Une lettre au Président haïtien, Michel Martelly

Des enfants qui ont été des restavek s’expriment face à la pratique du système restavek en Haïti. Le phénomène des restavek (enfants qui « restent avec » une famille qui n’est pas la leur) est méconnu du public. Pourtant, entre 150 000 et 500 000 enfants haïtiens vivent ce calvaire. Conçu à l’origine comme un système permettant à des enfants de recevoir une meilleure éducation en allant vivre en ville auprès des membres de la famille plus aisés, cette forme d’entraide est devenue une forme de trafic d’enfants et d’esclavage moderne.

Duvalier's death dismays Haiti abuse victims

When Haiti's former dictator returned from exile, many hoped that the man known as 'Baby Doc', would finally face justice. But Jean Claude Duvalier's death on Saturday has left many of his victims wondering if they will ever be able to put the past behind them. Al Jazeera's Andy Gallacher reports from Port-au-Prince.

Bishop Guy Sansaricq, 50 ans des vêpres de Jérémie

Le massacre des Vêpres jérémiennes est une tuerie commanditée par le dictateur François Duvalier et commise à partir du 5 août 1964 dans la ville haïtienne de Jérémie. Le 5 août 1964, à la suite de l'entrée sur le territoire haïtien de treize membres du groupe « Jeune Haïti » dans le sud du pays, François Duvalier, va ordonner des représailles contre les membres des familles du groupe de la ville de Jérémie. Vingt-sept personnes, issues de deux familles des membres de Jeunes Haïti, sont massacrées dans la ville de Jérémie. Les treize membres du groupe Jeune Haïti sont traqués, tués sur place ou emmenés et exécutés en public devant le cimetière de Port-au-Prince. Aux mois d'août, septembre et octobre des centaines de femmes, vieillards et enfants sont torturés puis tués.

Histoire d'Haïti: Duvalier par Max Chancy

"Haïti, J'accuse", Histoire d'Haïti, quatrième partie, (Duvalier 2) par Max Chancy. Documentaire: Des idées, des pays, des hommes de Daniel Bertolino, Québec Canada, 1975

Le Règne de l'Impunité

Au moment où Jean-Claude Duvalier est appelé devant les tribunaux, la justice va-t-elle trancher en facteur des victimes? Plus d'une cinquantaine de témoins à charge et à décharge en discutent dans un percutant face-à-face.

Peyzaj Dayiti, Roberto Stephenson

Voilà un titre qui résonne fort. Un mot qui s’écrit en créole mais qui se lit tout aussi bien en français. Un mot qui porte en lui toute la « poéticité » des lieux réels ou fictifs. C’est le titre d’un album de photos dans lequel on entre avec tous les soucis du quotidien pour sortir la tête remplie de belles images, de coins inimaginables d’un pays qui a la mauvaise réputation d’être le lieu de tous les malheurs et de toutes les catastrophes. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, les paysages d’Haïti sont présentés dans leur beauté qui étonne tout voyageur en panne d’images. Il aura fallu un livre comme celui-ci pour nous aider à nous voir autrement et pour vendre à la communauté internationale une nouvelle image de l’ancienne perle des Antilles.

Prix de la diversité 2014 Tounkara-Lavoie Trio

Récipiendaire du Prix de la diversité Tounkara-Lavoie Trio, 6e lauréat du Prix de la diversité, se distingue par son riche métissage de sonorités maliennes et de créations originales parfois chantées en français ou en bambara. Formée en guitare classique, Estelle Lavoie, originaire de Québec, a eu un véritable coup de coeur pour la richesse des musiques d’Afrique de l’Ouest. Mohamed N’Diaye se distingue par sa double formation en musique et en danse. Le Guinéen d’origine multiplie les collaborations avec artistes et compagnies de divers horizons : Angélique Kidjo, la Compagnie Créole, le Cirque du Soleil, etc. Né au Mali, Diely Mori Tounkara a lui grandi

Haïti - Duvalier : Réaction du romancier Gary Victor

Réagissant au décès de l'ancien Président, Jean-Claude Duvalier le célèbre écrivain, romancier, scénariste haïtien, Gary Victor, a écrit : « La vérité chez nous c'est qu’il y a une fascination pour le mal, la chute, la boue, les ténèbres, le culte du pouvoir malsain. Ce n'est pas pour rien qu'on se bat chez nous pour s'asseoir sur une branche pourrie. On n'a qu'a voir le comportement de la plupart d'entre nous dès que nous sommes en position de pouvoir. Nous devenons paranoïaques, méchants, violents, prêt à tout pour nous accrocher à cette position et ceux qui gravitent alors autour de nous nous lèchent le cul en prétendant que nous sommes les meilleurs, que tout le monde nous aime et que ceux qui sont contre nous méritent la mort. Et tout le monde rêve de cette position de pouvoir.

Pages