Le prix mexico-québécois de poésie décerné à Anthony Phelps

Photo: Setka Films

Communiqué de presse: 30e Festival international de la Poésie

ANTHONY PHELPS,  POÈTE LAURÉAT DU PRIX JAIME-SABINES-GATIEN-LAPOINTE 2014

« Je continue ô mon Pays ma lente marche de poète 

un bruit de chaîne dans l'oreille un bruit de houle et de ressac et sur les lèvres un goût de sel et de soleil 

Je continue ma lente marche dans les ténèbres car c'est le règne des vaisseaux de mort »

Poète, romancier, conteur, auteur de nouvelles, Anthony Phelps est né à Port-au-Prince, en Haïti, en 1928 et il s’est établi au Québec en 1964 après y avoir fait un  premier séjour et établi des liens avec le milieu littéraire québécois dès 1951-1952. Depuis cette année-là, il marche entre le Québec et Haïti, son présent et son passé, la poésie et le roman ou le théâtre, la poésie et le conte, sa carrière d’écrivain et celle de journaliste pour la télévision de Radio-Canada.

Mais là où l’éditeur de poésie que je fus pendant 40 ans trouve qu’il marche le mieux c’est entre lui-même et le poème,  son en-dedans et le mien que ce soit par la discographie, la cinématographie ou la simple écriture. Je l’ai écouté lire – il a une de ces voix -- ses poèmes tant sur disques que sur de nombreuses scènes publiques et festivals. Il a, de ce fait, fortement contribué à la visibilité et la reconnaissance de son œuvre, de celles d’autres poètes des Caraïbes et de celles de plusieurs poètes québécois.

Le très important recueil Mon pays que voici fut d’abord publié en France. La critique de ce pays l’a accueilli comme elle l’a fait pour tout autre événement littéraire que constitue la parution d’un recueil marquant. En 2012, l’éditeur Bruno Doucey a publié Nomade je fus de très vieille mémoire, une anthologie de cinquante années d’écriture de ses poèmes. Ici, nous marchons, comme l’a dit le poète et critique québécois Pierre Nepveu, dans une « sélection… qui permet de mesurer toute l’ampleur d’un œuvre jamais en repos, toujours partagée entre l’ici et l’ailleurs, … la plus généreuse sensualité et l’errance tourmentée du « métèque et vagabond ».  Nepveu ajoute que « Phelps est un écrivain dans l’histoire… (qui) conserve la mémoire des vexations et des souffrances imposées au peuple et aux intellectuels par le régime Duvalier qu’il a dû fuir…Ce qui frappe toutefois, c’est à quel point la gravité se trouve toujours rachetée, chez lui, par le bonheur d’être, de goûter toutes les saveurs de la vie, depuis celles des fruits jusqu’à celles de l’amour -- et c’est son aptitude à la fantaisie et à l’humour. L’œuvre de douleur est ainsi sans cesse rachetée par un élan vital, un désir d’embrasser le monde concret, les choses et les corps, pour les porter en pleine lumière et les élever comme le ferait un « typographe céleste », beau titre d’une suite poétique où se disent la dignité et la hauteur où se situe cette œuvre… » 

Les poèmes de Phelps  donnent à lire et à entendre la vaste gamme sonore d’un Caruso, Pavarotti ou Bocelli. Ce poète refuse le silence. Et, pour ce faire, il laisse le désir, l’amour, la sensualité toute intime de son corps, de celui de la femme et des objets quotidiens qui l’entourent envahir sa vie, son cœur, son âme et les musiques que ces derniers produisent au-dedans de lui.

Pierre Nepveu a dit aussi lors d’un hommage rendu à ce poète: «… on doit conclure que la diversité des formes et des thèmes recèle en même temps une profonde unité qui tient à une constante célébration de la vie contre tout ce qui cherche à l’étouffer et à la réduire au silence. Située dans le temps et dans l’histoire, cette œuvre accède du même coup à une dimension intemporelle ». Phelps a été publié en France, au Québec, en Italie, en Allemagne, en Haïti, à Cuba, en Russie, en Catalogne, au Japon, en Ukraine, etc. Il a désormais sa place au Mexique avec le Prix Jaime-Sabines-Gatien-Lapointe.

Le Mexique est de tout cœur mon deuxième pays. J’ai publié trois anthologies de la poésie de votre pays et plus de 75 recueils de vos poètes. Et une douzaine de poètes mexicains ont un extrait de poèmes sur les murs de ma ville de  J’accueille donc la décision du jury mexicain de donner à Anthony Phelps cette citoyenneté littéraire Québec-Mexique avec grand bonheur.

-30-

 

Gaston Bellemare C.M.,O.Q., D.h.c.

Chevalier de l’Ordre de la Pléiade

Prix du Québec Georges-Émile Lapalme

Président Festival international de la Poésie

Téléphone 1 819 379-9813  

gaston.bellemare@fiptr.com

www.fiptr.com