Le mapou

                                                                                               Poster © Design for Haiti awarness


Le mapou, Ceiba pentadra, est un arbre d’Amérique latine, de la Caraïbe et peut-être d’Afrique de l’Ouest, où on l’appelle « fromager ». Ce grand arbre de forêts tropicales et du littoral a été, et continue d’être, un symbole important dans de nombreuses sociétés.

En Haïti, le mapou a une dimension magique, incarnant la force et la sagesse, en particulier dans le vaudou. Les Taïnos vénéraient déjà cet arbre majestueux qu’ils pensaient habité par des esprits. Ils n’utilisaient pas son coton de peur de voir leur sommeil hanté. Le nom scientifique « ceiba » est le mot taïno pour désigner cet arbre.

Le mapou est également un arbre sacré pour les Mayas, jusqu’à aujourd’hui. Chez les anciens Mayas, un mapou se tenait au centre du monde et cet arbre de vie était le lien entre le monde souterrain, la terre et les esprits. Les esprits des morts pouvaient l’utiliser comme passage pour monter vers les divers niveaux célestes. L’arbre était associé avec les lieux de pouvoir politique ou religieux.

Outre cette dimension culturelle, le mapou est cultivé pour être exploité, en particulier en Indonésie, en Thaïlande et au Cambodge. Il est utilisé comme bois d’œuvre. Dans les Caraïbes, les Indiens utilisaient ses longs troncs pour fabriquer leurs canots et naviguer sur la mer. En Afrique, on fabrique également des objets avec ce bois, ainsi que du mobilier avec les contreforts de l’arbre. Ce bois léger est aussi beaucoup utilisé pour du contreplaqué ou des caisses en menuiserie légère.

La partie la plus utilisée du mapou est la fibre produite par son fruit appelée kapok en français (d’où l’autre nom du mapou, le « kapokier »). Ne pourrissant pas, cette fibre a été longtemps utilisée pour la fabrication de textile dans l’Amérique précolombienne. Les colons s’en sont beaucoup servis pour rembourrer matelas et oreillers. L’huile de la graine peut également être utilisée dans la fabrication de savon ou comme engrais.

Le mapou est réputé pour avoir de nombreuses qualités médicinales dans de nombreux pays, contre la fièvre, les maux de tête, voire l’hypertension ou le diabète. Les fleurs et feuilles sont comestibles, une fois cuites.

La pollinisation du mapou est réalisée par les chauves-souris. L’arbre peut atteindre soixante mètres de hauteur. Sa majesté et sa grandeur expliquent en partie pourquoi il suscite autant de respect.