La citadelle Henri

Crédit photo: Rémi Kaupp

La citadelle Henri a été construite à partir de 1804 et inaugurée en 1813. Sa construction est à l’initiative de l’empereur Jean-Jacques Dessalines, principal meneur de la Révolution qui a déclaré l’indépendance de la République d’Haïti en 1804. Celui-ci chargea immédiatement un de ses généraux, Henri Christophe, de construire une imposante forteresse.

Au moment de l’inauguration de la citadelle, en 1813, Henri Christophe, qui s’était autoproclamé Roi en 1811 suite à la mort de Dessalines et à la division d’Haïti en deux états (Royaume au Nord et République au Sud), entreprit la construction du magnifique palais Sans-Souci. Il a fallu 14 ans et 20 000 personnes pour aboutir au résultat final.

Au cœur de la végétation luxuriante que possède l’actuel parc, ces monuments sont le symbole de la liberté conquise par les esclaves haïtiens, car ce sont les premières constructions érigées par des esclaves affranchis. Ils ont malheureusement été réduits à l’état de ruines lors des tremblements de terre de 1842 et ont ainsi perdu une grande partie de leur ensemble architectural.

Crédit photo: Rémi Kaupp

Le site a été inscrit Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1982. Aujourd’hui, les objectifs du Parc Historique sont à la fois culturels avec la préservation et la mise en valeur des monuments, paysagers par la protection et la mise en valeur des milieux caractéristiques de cette région, et humains par l’amélioration des conditions de vie dans la région. On trouve également sur le territoire, d’anciennes plantations caféières et les vestiges de constructions industrielles. En effet, lors de l’introduction du café dans cette zone en 1738, la région va connaître un essor économique

Une importante artillerie avait été découverte à la citadelle Henri, ce qui avait donné naissance à un projet. Le monument devait être aménagé dans le but de devenir le plus grand musée d’artillerie au monde, afin d'exploiter ce potentiel.

Crédit photo: Rémi Kaupp

Malheureusement, le temps commence à avoir raison de ces édifices, et les ruines du palais Sans-Souci sont aujourd’hui menacées. En effet, le palais connaît un important risque de démolition. Quelques mesures sont prises pour tenter d’éviter la perte de cet élément patrimonial majeur, mais très peu proportionnellement aux besoins de sauvegarde du patrimoine haïtien, car la prise de conscience de l’importance de ces édifices est très récente.

De plus, la conscience collective est faible, en ce qui concerne la protection des bâtiments anciens, car la nouveauté est sans cesse encouragée, en dépit du patrimoine historique.