Nouvelle marche contre le racisme et la barbarie en force en Rép. Dominicaine

A l'initiative des organisations de la société civile, dontle du collectif 4 décembre, se tiendra ce mercredi 25 février, une journée de mobilisation en vue de dire non à la barbarie et au racisme dont sont victimes les ressortissants haïtiens en république dominicaine.

Cette marche partira de la place Dessalines au Champ-de-Mars pour prendre fin devant l'ambassade de la République dominicaine à Pétion-Ville, après une escale devant le ministère des affaires étrangères.

Lors de cette journée de mobilisation, les organisateursentendent appeler au respect des droits et à la paix entre les deux peuples.

Ce lundi, une résolution, quihabilite le conseil de l'ordre à participer aux initiatives de la société civile haïtienne visant à dénoncer les actes de violence contre les ressortissants haïtiens en République dominicaine, a étévotée à l'unanimitépar les avocats du barreau de Port-au-Prince.

Avec cette résolution, le conseil pourra signer les documents et donner, le cas échéant, un accompagnement juridique aux acteurs de la société civile dans leurs démarches, a indiqué bâtonnier Carlos Hercules, déplorant l'inertie du gouvernement haïtien devant les actes arbitraires commis contre les ressortissants haïtiens en république dominicaine.

Le bâtonnier invite les avocats membres du barreau à participer en toge, à la marche prévue ce mercredi à l'initiative du collectif 4 décembre.

L'Union nationale des normaliens haïtiens (UNNOH), de son côté, dit appuyer l'initiative du collectif du 4 décembre. Josué Mérilien invite le monde éducatif à prendre part à cette mobilisation, proposant qu'une minute de recueillement soit observée à midi dans toutes les écoles du pays et que les enseignants organisent des débats autour de la situation des Haïtiens qui vivent en territoire voisin.

L'ancien président dominicain Leonel Fernande est pointé du doigt dans la campagne dans la campagne raciste, xénophobe et anti-haïtienne en République Dominicaine.

Dans une lettre ouverte adressée à l'ancien président Leonel Fernandez,environ deux cents personnalités de divers secteurs en Haïti et à l'étrangeront dénoncé et qualifié d'indécente et de révoltante ce qui se passe en République dominicaine.

Dans cette même correspondance, les signataires demandent à Leonel Fernadez, en qualité de président du parti de Juan Bosh, d'intervenir face à la montée de l'anti-haitianisme en République Dominicaine.

Le 11 février dernier un homme d'origine haïtienne a été retrouvé pendu à un arbre, pieds et mains liés, sur une place publique à Santiago, en République dominicaine - un assassinat qui s'ajoute à la longue liste des humiliations et des déportations massives dont sont l'objet des migrants haïtiens en République Dominicaine, notamment depuis le fameux arrêt TC 168-13.

MJ/Radio Métropole Haïti